Association des agences de communication créative

Négociations entre l'UDA et l'APC : mise à jour

Après une pause obligatoire occasionnée par la pandémie, les négociations pour le renouvellement de l’entente Internet Nouveaux médias (INM) et de l’entente TV/radio, reprendront sous peu entre l’Union des artistes (UDA) et l'Association des producteurs conjoints (APC) (laquelle est composée de l’A2C, de l’Association canadienne des annonceurs (ACA) et de l’Institute of Canadian Agencies (ICA)).

 

Notre objectif demeure que ces négociations donnent lieu à des ententes collectives plus flexibles et mieux adaptées au marché actuel afin d’encourager la production publicitaire québécoise et l’embauche d’artistes. Nous visons l’intérêt commun des membres de nos associations respectives et de l’écosystème plus largement, en prenant soin de nous assurer de permettre l’intégration de la relève, de tenir compte du contexte économique des différents types de productions, ainsi que de la compétition canadienne et internationale à laquelle fait face l’industrie.En effet, vous êtes nombreux à nous témoigner des défis pour les clients et les producteurs d’ici, et qu’il est de plus en plus difficile de produire avec les budgets disponibles, mettant fin à certains projets de production ou obligeant la création à limiter le nombre d’artistes à l’écran.

 

Entente INM (avril 2016 à mars 2018)

 

  • Il s’agit des négociations pour un premier (1er) renouvellement de l’entente INM. L’entente est née d’une décision arbitrale rendue en décembre 2015;
  • Plusieurs clauses normatives ont déjà été négociées;
  • Une proposition détaillée incluant notamment un projet-pilote pour les annonces audio web et des tarifs minimums aménagés pour les petites productions d’annonces vidéo avaient été déposés par l’APC. À l’arrivée de la pandémie, nous étions rendus à recevoir les commentaires de l’UDA.

 

Entente TV/radio (septembre 2012 à août 2015)

 

  • Des négociations intensives ont eu lieu, suivi d’un processus de médiation en 2018. Les parties s’étaient rapprochées, mais n’avaient pas réussi à conclure une entente;
  • L’UDA et l’APC se sont entendues en 2019 pour intégrer les clauses qui faisaient l’objet d’un accord pendant la médiation. Elles sont en vigueur depuis février 2020;
  • Une lettre d’entente avait été conclue en 2019 pour la mise sur pied d’un comité bipartite APC-UDA chargé d’étudier l’état de l’industrie de la production publicitaire québécoise. Brosser ce portrait nous semble toujours nécessaire afin les parties tiennent compte de l’évolution des besoins et des défis de la production dans les négociations;
  • La négociation reprendra donc où nous l’avions laissée, dans l’espoir de pouvoir la moderniser.

 

En terminant, nous souhaitons souligner la collaboration entre l’UDA et l’APC pendant les deux dernières années de la pandémie. Des ententes particulières ont été prises concernant certains délais et situations exceptionnelles. Nous espérons que cette collaboration se poursuivra dans le cadre des négociations à venir, dans l’intérêt de l’ensemble de l’écosystème, et ce bien que les enjeux et les demandes de part et d’autre soient importants.  

 

Rappelons que notre secteur de production est non-subventionné et génère 24 % des cachets versés aux artistes membres de l’UDA (donnée pré-pandémie).